COURS DE PHOTOGRAPHIE A L'USAGE DES AMATEURS ET DES CLUBS

P H S N

PRATIQUE DU LABORATOIRE (4)

7.3 L'EPREUVE POSITIVE : TIRAGE ET AGRANDISSEMENT

7.3.1 - But du tirage

Le négatif nous donne une image unique, inversée et transparente de notre prise de vue. L'étape suivante va nous permettre d'obtenir une épreuve positive, facilement lisible, et en autant d'exemplaires que nous le désirons

7.3.2 - Techniques utilisées

Deux techniques sont possibles :

1) Le tirage par contact. L'épreuve sera de même dimensions que le négatif original. Technique utilisée pour obtenir des “planches contact” utiles pour le classement et le repérage de vos images. Est également possible pour l'exploitation des négatifs de grand format obtenus avec les chambres professionnelles.

2) L'agrandissement. Projection de l'image négative par un agrandisseur.

Dans les deux cas, le support utilisé est un papier sensible. L'exposition à la lumière produit une image latente, que l'on développe ensuite par un traitement chimique.

Comme pour les négatifs, le traitement chimique courant sera :

  1. développement dans un révélateur,
  2. rinçage dans un bain d'arrêt
  3. fixage
  4. lavage
  5. séchage et archivage.

7.3.3 - Les papiers

Il existe différents types de papier, que l'on peut classer en deux grandes catégories :

- les papiers traditionnels dits “ papiers barytés ” ou “ FB ” (fiber), que nous utiliserons pour les épreuves finales d'exposition ou de concours. L'émulsion, riche en argent, donne des noirs profonds et bien détaillés. Par contre le traitement en est long et le séchage délicat.    

- et les papiers plastifiés, dits “ RC ” (resin-coated), qui sont revêtus sur chaque face d'un mince film d'acétate ; ces papiers donnent des images moins flatteuses que les barytés, mais le temps de traitement est plus rapide, notamment le lavage final, car le papier n'est pas mouillé dans son épaisseur. L'avantage principal se manifeste au séchage qui s'opère rapidement et sans précautions particulières.

Pour l'initiation nous conseillons d'utiliser exclusivement du papier RC, beaucoup plus facile à traiter. Par contre l'utilisation du papier baryté est quasi indispensable pour les tirages devant participer à des expositions ou des concours.

Les papiers modernes sont à contraste variable, ou multigrades : par l'emploi de filtres colorés on peut modifier la balance des valeurs de gris, c'est à dire augmenter ou diminuer le contraste entre les hautes et les basses lumières, en fonction des qualités du négatif. Il existe encore certains papiers barytés à grade fixe (extra-doux, doux, spécial, normal, dur, extra-dur) que l'on choisit selon le négatif.

7.4 - LE LABORATOIRE

Le laboratoire de tirage est une chambre noire.

Son équipement de base comprend :

Il sera utile de prévoir des ciseaux, quelques morceaux de carton
ou de papier fort noir, un rouleau d'adhésif, un essuie-tout,
une ou deux éponges et un torchon.

7.4.1 - L'agrandisseur :

agrandisseur Il mérite à lui seul une présentation un peu plus détaillée.

Il comprend essentiellement une lanterne mobile en hauteur sur une colonne robuste et stable et un plateau.

La lanterne elle-même est composée d'une source lumineuse et d'un dispositif permettant une répartition uniforme de la lumière sur le négatif (tête), d'un passe-vues, et d'un objectif amovible muni d'un diaphragme. Un tiroir à filtres ou un système de filtrage incorporé permettra d'utiliser des papiers multigrades ou de travailler en couleur. La source lumineuse peut être à lumière diffuse (boite à lumière) ou dirigée (condenseur).

La taille de l'agrandissement est réglée en déplaçant la lanterne en hauteur. Le porte objectif permet la mise au point par réglage du tirage (distance entre le centre optique de l'objectif et le négatif).

La lumière émise par la tête et corrigée par le filtre éclaire par transparence le négatif, l'objectif convenablement mis au point en projette l'image sur le plateau.

N T N
Dernière mise à jour du cours :
Valid CSS Valid XHTML 1.0 Strict